Accueil

RIVIERA PALM GARDENS BORDIGHERA (ITALY)
PORTAIL D'ACCES AUX JARDINS HISTORIQUES DE LA PALMERAIE
 
BIODIVERSITE & PATRIMOINE
Ill. Autoportrait de Claude Monet dans son atelier en 1884, à l'époque où il réside à Bordighera dont il dépeint les paysages
La palmeraie historique de Bordighera remonte à la fin du moyen-âge. Elle a compté jusqu'à 15000 palmiers dattiers (Phoenix dactylifera). Ils étaient cultivés pour leurs feuilles, destinées aux communautés juives européennes à l'occasion des fêtes du Nouvel An et aux chrétiens pour les cérémonies de la Pâque. La palmeraie historique occupait originellement l'embouchure d'un torrent méditerranéen qui demeure relativement préservé de l'urbanisation et offre une grande biodiversité. Elle a été immortalisée par le maître de l'impressionisme, Claude Monet, lors de son séjour dans la région en 1884. La palmeraie de Bordighera est à l'origine d'un programme de recherches euro-méditerranéen, le Projet Phoenix dont ce site rend compte. Nos jardins de palmiers et leurs riches collections botaniques sont par ailleurs largement ouverts au public. Il s'agit des jardins Brin, Garnier, Mariani, Phoenix & Winter. Ils font aussi partie du réseau des jardins botaniques de la Riviera franco-italienne, Riviera Gardens, dont l'objet est de fédérer les iniatives de lutte contre les ravageurs qui menacent l'ensemble des collections de palmiers de la région. Plus d'informations ci-dessous, ainsi que sur notre carte interactive Bordighera Palm Gardens ou encore sur les réseaux sociaux Facebook Palm Gardens

GALERIE

La palmeraie de Bordighera vue par Claude Monet
Lien vers l'oeuvre complète de Monet: art-monet.com
 
Les collections de palmiers du Jardin Winter
Le Jardin Winter de Bordighera au travers des cartes postales anciennes
 
Le Jardin Brin: palmiers & landart
Le Jardin Brin de Bordighera illustré par Maria Dompe
 
Le jardin Expérimental Phoenix
Le site web du Jardin Expérimental Phoenix
 
La Villa Mariani: palmiers & oliviers
Le site web de la Fondation Pompeo Mariani

Le jardin d'acclimation de la Villa Garnier
La Villa Garnier au travers des cartes postales anciennes
 
Le vallon du Sasso: biodiversité & patrimoine
Le vallon du Sasso au travers de l'iconographie ancienne

 

VISITE

La visite de la palmeraie historique débute par le village, où commence le sentier du Beodo qui donne accès au Jardin Mariani. Le sentier du Beodo domine la mer, en suivant le tracé de l'ancien canal qui alimentait en eau le village et ses palmiers. Quelques centaines de mètres plus loin, se trouve le Jardin Expérimental Phoenix. Un escalier permet à ce niveau de rejoindre la partie basse du vallon du Sasso, où le territoire de la palmeraie est très dégradé. Il renferme toutefois des sites présentant un réel intérêt historique et paysager (ils remontent au 19° siècle), dont les pépinières historiques de plantes grasses, et surtout l'ancien Jardin d'acclimatation Winter ainsi que la Villa de l'architecte Charles Garnier et les collections botaniques de son parc. Le sentier du Beodo conduit au hameau de Sasso, où se trouve le Jardin Brin, au travers d'un itinéraire ponctué de serres, d'ombrières, de jardins, de pépinières et d'une riche végétation méditerranéenne. Lire la suite: visite guidée
 
Ill. le peintre Pompeo Mariani
Le jardin Mariani est un jardin méditerranéen, relique du plus ancien jardin exotique de la Riviera, le Jardin MORENO qui occupait 80 hectares. Ses palmiers nains et ses oliviers centenaires lui donnent une tonalité vert de gris omniprésente. La Villa conserve en l’état l’atelier de l’artiste Pompeo MARIANI, un peintre impressionniste neveu du célèbre peintre juif italien Mosè BIANCHI. Cet atelier est l’un des rares ateliers d’artistes remontant à cette époque, le plus grand après celui de Delacroix à Paris. Il renferme 1500 objets, dont des collections d’art, tapis, porcelaine, des armes anciennes, etc. Le jardin occupe un hectare de terrain situé au dessus de la vieille ville. On peut y voir des espèces très anciennes d’orangers, mandariniers et citronniers, ainsi que de nombreuses plantes qui remontent à l’époque de sa création dont des variétés rares de rosiers et de plantes à bulbes. Claude MONET a peint ici trois tableaux: Jardin à Bordighera, Impressions du matin (1884), Vues de Vintimille (1884) & Étude de plantes d'olivier (1884). Lire la suite: visite guidée.
Visite du jardin sur rendez-vous: +390184265556 Horaires facebook
 
Ill. portrait de Monet qui a dépeint la palmeraie historique de Bordighera en 1884
Le jardin Phoenix, qui remonte au XVI° siècle, est le dernier jardin traditionnel de palmiers dattiers de la palmeraie historique de Bordighera (15000 palmiers). Il décline toutes les nuances de verts, suite à l'introduction sous le couvert des palmiers de deux étages de végétation, arbustif et herbacé, inspirée du modèle des oasis. Les palmes produites à Bordighera étaient vendues à l’ensemble des communautés juives et chrétiennes européennes pour les fêtes religieuses du Nouvel An et de la Pâque. Une importante production d’agrumes existait aussi dans la palmeraie, dont Claude MONET a rendu compte dans plusieurs tableaux. L’accès au Jardin Phoenix se fait par le sentier du Beodo, l’ancien canal d’irrigation qui alimentait la palmeraie et ses innombrables bassins. Ce sentier se poursuit tout au long du vallon du Sasso, l’un des rares vallons méditerranéens authentiques subsistant sur le littoral azuréen. Il permet d’atteindre le hameau de Sasso en suivant le lit de la rivière, au travers de paysages plus particulièrement illustrés par les aquarelles d’Hermann Nestel et les peintures de Claude Monet. Lire la suite: visite guidée.
Visite du  jardin sur rendez-vous: +33660097765
 
Ill. Maria Vittoria Rossi, dite Irene Brin
Le jardin Brin, qui conjugue les tonalités de vert de ses palmiers avec le marbre blanc de son parc de sculptures, est l’un des rares exemples de landart existant dans la région. Il est situé dans le hameau médiéval pittoresque de Sasso, bastion de pierre dans des tons ocres, accroché à une crête étroite qui domine la vallée et la palmeraie historique. Le jardin rassemble environ 150 palmiers des Canaries, originellement destinés à la production de feuilles à usage ornemental. Il a fait récemment l’objet d’une intervention paysagère extrêmement intéressante, due à Maria DOMPE ponctuée de diverses œuvres d’art. La visite commence par l’antique oliveraie et l’ancienne roseraie familiale. Elle se poursuit au travers de la pépinière originelle de palmiers. Dans sa dernière partie, le terrain a été remodelé et les palmiers intégrés dans une pelouse dont le vert correspond à la couleur de leurs feuilles. Le Jardin Brin abrite aussi un musée de la mode dédié à la mémoire de Maria Vittoria ROSSI, dite Irene BRIN. Fille d’un général italien et d’une mère juive autrichienne, elle fut écrivain et journaliste ainsi que galeriste de premier plan, dans l'histoire italienne de l'après-guerre. Lire la suite: visite guidée.
Visite du jardin sur rendez-vous: +393494232517
 
Ill. Charles Garnier
Le jardin de la Villa Garnier, riche en espèces de palmiers et de plantes exotiques est dominé par le bleu intense de la mer et la blancheur immaculée de la Villa du célèbre architecte et de sa tour panoramique. Au fil des saisons, les floraisons ininterrompues déclinent une symphonie permanente de couleurs. Le jardin se trouve au cœur de la palmeraie historique. C’est au XIX° siècle, que le célèbre architecte français de l’Opéra de Paris découvre Bordighera où il s’installe. On remarquera notamment les collections de succulentes et le palmetum, ainsi qu’un exemplaire spectaculaire de dragonnier ou encore des éléments d’architecture, comme la colonne du Palais des Tuileries. On notera plus particulièrement les pavements en mosaïques de galets, inspirés de la tradition locale et que Garnier a aussi employés dans les sentiers des astronomes de l’Observatoire Astronomique de Nice. La Villa Garnier offre par ailleurs un hébergement hôtelier. Lire la suite: visite guidée
Visite du jardin sur rendez-vous: +390184261833

 

Ill. Ludwig Winter
L'intérêt historique exceptionnel du site de la palmeraie de Bordighera doit beaucoup au paysagiste allemand, Ludwig Winter. L'image de la Côte d'Azur aussi, laquelle lui est redevable en grande partie du succès de son arbre emblématique, le palmier. Winter s'était installé à la fin du XIXème siècle au cœur de la palmeraie médiévale. Il participa activement à sa conservation et à son développement, en cherchant notamment à dynamiser et diversifier son activité. Winter avait ainsi créé ici une immense pépinière à vocation commerciale européenne, tournée vers l'exportation (du plant en pot à l'invention d'un artisanat profane inspiré de la tradition religieuse des palmes tressées), vers l'acclimatation  et l'introduction de nouvelles espèces, et aussi vers l'accueil du touriste. Le Palm-Garten de Ludwig Winter occupe toujours l'embouchure du vallon. Il aurait compté jusqu’à 3000 palmiers (sous réserve), dont les descendants composent encore un paysage exotique spectaculaire. Lire la suite: visite guidée
Visite libre sans rendez-vous
 
Cette carte en ligne offre un accès documenté à l'ensemble du territoire de la palmeraie historique. Outre ses jardins, elle présente ses architectures, ses traditions et son histoire, au travers d'une riche collection de témoignages et de documents iconographiques. Visite libre au travers des sentiers qui parcourent le site.

 

COLLECTIONS

Bordighera Paysage originelIllustration: l'organisation médiévale du paysage de la palmeraie au niveau du Jardin Expérimental Phoenix
La palmeraie de Bordighera produisait, jusqu’aux années d’après-guerre, des quantités importantes de feuilles de palmiers destinées aux fêtes religieuses juives et chrétiennes. Elles étaient exportées vers l’ensemble de l’Europe. La palmeraie était aussi le siège d'une grande diversité de cultures associées, lesquelles occupent de nos jours la plus grande partie du site. Malgré l’abandon de plus en plus marqué de ces cultures, le paysage actuel reste d’une grande authenticité. Il présente aussi, en tant que l’un des rares espaces naturels mettant en contact le monde alpin et la Méditerranée, une importante biodiversité.
 
1. Les collections de palmiers. Il est impossible de rendre compte de la diversité des palmiers cultivés à Bordighera en l'absence d'un recensement exhaustif à ce jour, et du fait de l'introduction récente du ravageur Rhynchophorus ferrugineus. Une grossière estimation permet d'évaluer la population actuelle à quelques 10000 spécimens repésentant une 30aine d'espèces. En ce qui concerne le site de la palmeraie historique, les palmiers recensés sont par ordre d'importance le palmier dattier, Phoenix dactilifera et le palmier des Canaries, Phoenix canariensis ainsi que d'importantes cultures de palmier nain autochtone, Chamaerops humilis. A côté de ces populations mises en culture pour leur feuilles, on relève la présence significative de nombreux palmiers ornementaux, principalement Washingtonia sp., Sabal palmetto et Latania et plus marginalementTrachycarpus fortunei, Phoenix roebelenii, Butia capitata, Phoenix reclinata, Phoenix sylvestris, Brahea armata, Erythea, Jubaea chilensis, Syagrus romanzoffiana, Brahea edulis, Livistona chinensis, Arcontophoenix cuninghamiana et Sabal minor.
 
2. Palmiculture & floriculture. La palmeraie de Bordighera produisait traditionnellement deux types de palmes, qualifiées de "juives" et de "romaines" par les cultivateurs, soit les jeunes feuilles de palmes destinées à la fête juive de Soukkhot (appelée aussi "fête des cabanes") et les “palmes blanches” tressées pour le Dimanche des Rameaux, principalement à destination de l'Italie et notamment du Vatican. Ces dernières ont donné lieu à un riche artisanat toujours très vivant. Ces productions font par ailleurs appel à la technique de la "ligature", qui consiste à lier les feuilles centrales de l'arbre en forme de bouquet. Elles sont désormais en déshérence, mais on peut toujours voir des palmiers ligaturés dans le vallon du Sasso, entre les mois de juillet et de mars. La palmeraie de Bordighera abritait aussi, comme toutes les oasis, diverses cultures menées sous le couvert des palmiers, lesquelles ont évolué au cours des siècles. Il s'agit pour l'essentiel d'agrumes, de plantes vertes ornementales, de fleurs et de jardins potagers. Ces cultures en terrasses constituent de nos jours l'un des principaux attraits du paysage de la palmeraie historique. Elles représentent en effet un véritable conservatoire des paysages typiques de cette région, composés de cultures de plantes destinées à l'industrie de la fleur. Les principales espèces sont le ruscus, l'eucalyptus, le pittosporum, le palmier méditerranéen chamaerops, le genêt blanc et le mimosa. Les cultures sont conduites soit en serres, soit en extérieur.
 
3. La biodiversité. Constamment régénérée par la plantation de graines en provenance de la rive sud de la Méditerranée ainsi que des palmiers présents sur le site, la palmeraie de Bordighera conserve une agro-bio diversité originale qui a conduit à la parfaite acclimatation de Phoenix dactylifera aux conditions climatiques de la région. Elle plus récemment donné lieu à l'apparition de phénomènes d'hybridation avec l'introduction d'autres palmiers du genre Phoenix. Les recherches conduites dans le cadre du Jardin Expérimental ont pour objet la documentation de la palmiculture locale et la réhabilitation du site historique, dans une perspective de développement durable. Elles concernent les domaines suivants :
* l'inventaire de l’entomo-faune du palmier et de l’agro-bio diversité locale ;
* l'inventaire de la documentation historique relative à l’histoire de la palmiculture et de la floriculture ;
* la gestion éco systémique d’un vallon humide méditerranéen en déshérence, situé à l’embouchure d’un torrent en contact direct avec la montagne alpine, donc une zone de haut intérêt en matière de biodiversité. Ce vallon méditerranéen ne fait toutefois pas l'objet, à ce jour, d'une quelconque mesure de protection.

 

HISTOIRE

Coptic Egypt Saint Onophrios iconeIllustration: l'un des plus célèbres des ermites égyptiens, Onophrios et son palmier (icone copte).
Selon la légende locale, l’introduction du palmier dattier remonte au IV° siècle à Bordighera, lors de l'installation d'un ermite égyptien nommé saint Ampèle (sant'Ampelio). 
La palmeraie actuelle date en fait de la création du village, à la fin du moyen-âge. Si la biographie du moine égyptien saint Ampèle exclue son éventuelle présence à Bordighera, l'existence d'un important monastère qui lui est dédié est par contre bien attestée à cette époque par les sources historiques. Il en va de même sur l'île voisine de Lérins, où la présence des mêmes moines "égyptiens" s'accompagne d'une légende attestant de la présence de palmiers. Il n'est pas exclu, par ailleurs, que l'introduction de ces palmiers remonte à une période plus ancienne, par exemple lors de la présence phénicienne dans la région. La plante pourrait enfin être autochtone. Le genre Phoenix est en effet attesté, en Europe, par des fossiles remontant à plusieurs millions d'années.
 
La palmiculture a occupé une importance économique réelle dans l'histoire de Bordighera. Avec plus d'une centaine de jardins et quelques 15000 palmiers, elle représentait en effet une activité significative pour la petite communauté villageoise.
A la fin du 19ème siècle, la palmeraie s'étend sur tout le territoire de la commune ainsi que dans les localités voisines. C'est à cette époque que le tourisme se développe sur la Côte d'Azur. La célébrité internationale de la Riviera sera en grande partie liée à l'image de ses plantes exotiques, et plus particulièrement aux palmiers de la palmeraie historique de Bordighera. Une renommée à laquelle ont contribué de manière déterminante les descriptions romantiques d'écrivains, de poètes et de voyageurs, les œuvres raffinées de peintres et de graveurs et le travail précieux des photographes. Ces derniers ont plus particulièrement alimenté cette image, en Italie et dans le monde, par la diffusion massive de cartes postales proposant de belles vues de jardins luxuriants et des images suggestives de palmiers en bord de mer. Dans le même temps, une riche imagerie orientalisante se répandait avec l'apparition de nouvelles destinations touristiques méditerranéennes. Le dattier des oasis est demeuré au centre de ces représentations, initiées par les peintres du 19ème siècle.
 
Le 20ème siècle a vu le déclin irréversible de la palmeraie historique et l'essor parallèle de la floriculture et des jardins d'ornement. La palmeraie s'est dès lors diversifiée considérablement avec l'introduction de nouvelles espèces. Elle représente de nos jours un témoignage unique en son genre de l'histoire de l'acclimatation, et de l'exotisme paysager qui a donné naissance à l'image de la Côte d'Azur. 
 
L'invention du paysage de la Riviera au travers de l'iconographie touristique

 

FILMOGRAPHIE

Con semplici parole La Storia di Bordighera
La Villa Garnier
Le Jardin Winter
Le Jardin Brin
La culture des palmiers à Bordighera
Les palmes de la Semaine Sainte au Vatican
Claude Monet a Bordighera
Le Jardin Cammi
Le Jardin Cammi
La biodiversité marine
Le monastère de San Ampeglio
Le sentier du Beodo

 
 

 

Print Friendly, PDF & Email