Bordighera (IT)

LA PALMERAIE DE BORDIGHERA: BIODIVERSITE & PATRIMOINE

Présentation par Robert Castellana, sociologue et guide conférencier (Tel+33660097765 Mail robert.castellana@laposte.net)

BORDIGHERA CITTA DELLE PALME. La station touristique de Bordighera se trouve sur la Riviera italienne, à une dizaine de kilomètres de la Côte d’Azur française et de la Principauté de Monaco. Elle est généralement qualifiée de “Ville des Palmiers” (Citta delle Palme) en référence à sa palmeraie historique qui remonte à la fin du moyen-âge. Située à 43° 47′, cette palmeraie est la plus septentrionale des palmeraies de dattiers (Phoenix dactylifera), le palmier des oasis du sud de la Méditerranée. Le site a compté jusqu’à 15000 spécimens de ces palmiers. Ils étaient cultivés pour leurs feuilles, destinées pour l’essentiel aux communautés juives européennes à l’occasion de leurs fêtes rituelles du Nouvel An, et plus marginalement à la production de palmes blanches pour les célébrations chrétiennes de la Pâque. 

BORDIGHERA & LES JARDINS DE LA COTE D’AZUR. La célébrité internationale de la Côte d’Azur (French & Italian Riviera) est en grande partie liée, au tournant des 19° et 20° siècles, à l’image de ses plantes exotiques et plus particulièrement aux palmiers de Bordighera. Les paysages de la palmeraie de Bordighera ont plus particulièrement été immortalisés par le maître de l’impressionnisme Claude Monet. La palmeraie historique occupait alors l’ensemble du vallon du Sasso, un torrent méditerranéen qui demeure de nos jours relativement préservé de l’urbanisation et offre une intéressante biodiversité. Cinq jardins de palmiers existent encore sur le site, le Parc Winter, les Villas Garnier et Mariani, ainsi que les Jardins Brin et Phoenix. Ce dernier est désormais l’ultime jardin de palmiers du site. Il est devenu à notre initiative depuis 2008 un Jardin Expérimental siège d’un projet de recherche en relation avec le Maghreb et le réseau Riviera Gardens des jardins botaniques de la Côte d’Azur. 

VISITE

LES COULEURS DE MONET : VISITE GUIDÉE INTERACTIVE DE LA PALMERAIE HISTORIQUE DE BORDIGHERA.  Cette carte en ligne offre un accès documenté au territoire de la palmeraie historique, ses jardins, ses architectures et son histoire, au travers d’une riche collection de témoignages et de documents iconographiques. Le parcours débute par la visite du village, où commence le sentier du Beodo, lequel donne accès au site de la palmeraie. Dans un premier temps, le sentier  domine la mer, en suivant le tracé de l’ancien canal qui alimentait en eau le village et les palmiers. Un escalier permet de rejoindre la partie basse du vallon du Sasso, où le territoire de la palmeraie est très dégradé. Il renferme toutefois des sites présentant un réel intérêt historique et paysager (ils remontent au début du 19° siècle), dont les pépinières historiques de plantes grasses, le Jardin d’acclimatation Winter ainsi que la Villa de l’architecte Charles Garnier et son parc. La partie supérieure du vallon donne accès au hameau de Sasso et au Jardin Brin, au travers d’un itinéraire ponctué de serres, d’ombrières, de jardins et de pépinières.
1. DÉBUT DU PARCOURS
Le parcours débute par la visite du village, où commence le sentier du Beodo, lequel donne accès au site de la palmeraie.
Village historique de Bordighera
Intérêt paysager fort:  il s’agit de l’un des villages les mieux conservés de la région.
Intérêt touristique et patrimonial fort avec l’église de la Madeleine et la présence d’un parking et de restaurants.
Villa Fondation Pompeo Mariani 
Intérêt paysager fort: ses jardins, qui ont été peints par Monet, constituent le dernier témoignage du plus ancien des jardins d’acclimatation de la Côte d’Azur, le jardin Moreno.
Intérêt touristique et patrimonial fort: la Villa Mariani offre au public la visite de ses jardins ainsi que celle d’un studio d’artiste de l’époque exceptionnellement conservé.
En savoir plus: villa-pompeo-mariani
2. SENTIER DU BEODO
Dans un premier temps, le sentier  domine la mer, en suivant le tracé de l’ancien canal qui alimentait en eau le village et les palmiers.
Jardin Experimental Phoenix
Intérêt paysager fort: sa centaine de palmiers-dattiers majestueux, dont la régénération est en cours, représente le paysage le plus authentique de la palmeraie.
Intérêt touristique et patrimonial fort: on peut le visiter sans quitter le sentier, grâce aux panneaux d’informations installés sur le site, et il s’agit du dernier jardin historique de palmiers dattiers de la zone.
Le sentier du Beodo
Le sentier du Beodo continue ensuite en direction du hameau du Sasso. Ce parcours donne accès, dans ses premiers kilomètres, à des paysages typiques de la région, composés de cultures de plantes destinées à l’industrie de la fleur. Les principales espèces sont le ruscus, l’eucalyptus, le pittosporum, le palmier méditerranéen chamaerops, le genêt blanc et le mimosa. Elles sont conduites soit en serres, soit en extérieur.
Le Jardin Brin
Ce jardin est un jardin paysager de palmiers qui témoigne de l’introduction de Phoenix canariensis dans la palmeraie historique. Intérêt paysager : fort. Intérêt touristique et patrimonial : fort. En savoir plus sur le Jardin Brin: jardin-irene-brin
Vallon du Sasso
Pour visiter le reste de la palmeraie, il convient de quitter le sentier du Beodo, en empruntant un escalier dominant le cimetière situé en contrebas, afin de rejoindre l’embouchure du vallon du Sasso. La visite se poursuit en direction de la mer et permet de retourner au village. Pour en savoir plus sur les paysages de la palmeraie historique: www.bordighera.net
3. VALLON DU SASSO
Cette partie centrale de la palmeraie historique est aujourd’hui extrêmement dégradée. Elle donne toutefois accès à plusieurs sites d’intérêt.
La tour de Monet
Intérêt paysager faible: la tour peinte par Monet manque de mise en valeur.
Intérêt touristique et patrimonial fort: un circuit de visite des paysages peints par Monet à Bordighera vient d’être mis en place. Pour en savoir plus sur l’itinéraire “Monet à Bordighera”: http://www.bordighera.it/
Le cimetière historique
Intérêt paysager fort: les tombes centenaires sont entourées d’une forêt de vieux cyprès spectaculaires, qui occupe le centre du site.
Intérêt touristique et patrimonial fort: la colonie étrangère de Bordighera a été l’une des plus importantes de la Côte d’Azur. La plupart de ces résidents étaient atteints de la tuberculose et décédaient fréquemment au cours de leur séjour. Le cimetière se visite librement.
Pour en savoir plus sur le cimetière historique: article en préparation
Le Jardin Cammi
Intérêt paysager faible: le sculpteur Cammi avait aménagé l’embouchure du vallon, mais ses œuvres ont désormais quasiment disparu du site.
Intérêt touristique et patrimonial fort: cet artiste est l’un des représentants italiens de l’art brut.
Pour en savoir plus sur Marcello Cammi à Bordighera: http://lepoignardsubtil.hautetfort.com/
La Plage de l’Arziglia
Intérêt paysager fort: la présence d’une plage de sable est rare dans la région.
Intérêt touristique et patrimonial fort: siège d’une petite station touristique, cette plage a été souvent représentée par les voyageurs.
Pour en savoir plus sur les représentations du site: http://www.bordighera.net/
4. FIN DU PARCOURS
Le parcours se poursuit vers l’est en longeant le bord de mer, puis en empruntant le tunnel. Il donne accès aux sites suivants:
La Pépinière Allavena
Intérêt paysager faible: des constructions d’immeubles ont grandement dénaturé le site.
Intérêt touristique et patrimonial fort: fondée en 1835, elle est l’une des premières pépinières à introduire la culture des plantes grasses dans la région.
Le Jardin Winter
Intérêt paysager fort. : par sa surface et la taille imposante de ses palmiers, le plus ancien des palm-garden de la région marque de son empreinte le paysage de la palmeraie.
Intérêt touristique et patrimonial faible
– le domaine est désormais privatisé pour l’essentiel et il n’est pas possible de le visiter,
– les palmiers sont âgés et ne font pas l’objet d’une politique de régénération.
En savoir plus sur le jardin Winter:  http://www.bordighera.it/
Iconographie historique du jardin Winter: http://www.bordighera.net
Le Jardin Exotique Pallanca
Intérêt paysager fort: cette pépinière historique de plantes grasses s’est transformée en un jardin exotique spectaculaire qui domine la mer.
Intérêt touristique et patrimonial fort: pour accéder au jardin Pallanca, il faut se diriger par la route du bord de mer vers l’est et traverser le tunnel. Le site est ouvert au public.
En savoir plus sur la tradition des plantes grasses à Bordighera:  www.pallanca.it
5.RETOUR AU VILLAGE
La Villa Garnier: sur le retour vers le village, il faut emprunter la Via Garnier, laquelle donne accès à la villa du célèbre architecte français.
Intérêt paysager fort. : située à l’entrée du site historique de la palmeraie, la Villa Garnier demeure l’un des fleurons de ce paysage exceptionnel.
Intérêt touristique et patrimonial fort:
– il existe des visites libres et guidées du site,
– la régénération des jardins en cours depuis une dizaine d’années.
En savoir plus sur la Villa Garnier: cg06.f : Villa Garnier

 

HISTOIRE

Coptic Egypt Saint Onophrios iconeIllustration: l’un des plus célèbres des ermites égyptiens, Onophrios et son palmier (icone copte)
Selon la légende locale, c’est à l’anachorète et forgeron saint Ampèle (sant’Ampelio), le saint patron de Bordighera, que l’on doit l’introduction des palmiers, au IV° siècle, dans la région. La palmeraie actuelle remonte au moyen-âge, à l’époque de la création du village. Elle deviendra, au cours des siècles suivants, une activité économique importante. La palmeraie produisait alors des feuilles de palmes destinées aux fêtes religieuses juives et chrétiennes.
1. Antiquité
Si la biographie du moine égyptien saint Ampèle exclue son éventuelle présence à Bordighera, l’existence d’un important monastère qui lui est dédié est par contre bien attestée à cette époque par les sources historiques. Il en va de même sur l’île voisine de Lérins, où la présence des mêmes moines “égyptiens” s’accompagne d’une légende attestant de la présence de palmiers. Il n’est pas exclu, par ailleurs, que l’introduction de ces palmiers remonte à une période plus ancienne, par exemple lors de la présence phénicienne dans la région. La plante pourrait enfin être autochtone. Le genre Phoenix est en effet attesté, en Europe, par des fossiles remontant à plusieurs millions d’années.
2. Moyen-âge
L’origine de la palmeraie historique de Bordighera remonte vraisemblablement au moyen-âge, à l’époque de la construction du village. Au cours des siècles suivants, la palmiculture revêt une importance économique réelle, qui représente une activité significative pour nombre de familles de la région. A partir de cette période, la palmeraie est constamment régénérée par la plantation de graines en provenance de la rive sud de la Méditerranée, voire aussi de la palmeraie espagnole d’Elche ainsi que des palmiers présents sur le site. Si les fruits du palmier-dattier ne murissent pas à cette lattitude, ils donnent en effet des graines fertiles. La combinaison de ces diverses formes de multiplication a produit une agro-bio diversité originale. Elle a conduit à la parfaite acclimatation de Phoenix dactylifera aux conditions climatiques de la région.
3. Epoque contemporaine
Entre la fin du 19ème siècle et le début du 20ème, la palmeraie compte encore entre 10000 et 15000 palmiers. Elle s’étend alors sur tout le territoire de la commune ainsi que dans les localités voisines, jusqu’à Sanremo. Sous l’impulsion du tourisme naissant, la célébrité internationale de la Riviera sera en grande partie liée à l’image de ses plantes exotiques, et plus particulièrement aux palmiers de la palmeraie historique de Bordighera. Une renommée à laquelle ont contribué de manière déterminante les descriptions romantiques d’écrivains, de poètes et de voyageurs, les œuvres raffinées de peintres et de graveurs et le travail précieux des photographes. Ces derniers ont plus particulièrement alimenté cette image, en Italie et dans le monde, par la diffusion massive de cartes postales proposant de belles vues de jardins luxuriants et des images suggestives de palmiers en bord de mer. Dans le même temps, une riche imagerie orientalisante se répandait avec l’apparition de nouvelles destinations touristiques méditerranéennes. Le dattier des oasis est au centre de ces représentations, initiées par les peintres du 19ème siècle.

 

DESCRIPTION

Bordighera Paysage originel
Illustration: l’organisation médiévale du paysage de la palmeraie
La palmeraie de Bordighera produisait, jusqu’aux années d’après-guerre, des quantités importantes de feuilles de palmiers destinées aux fêtes religieuses juives et chrétiennes, à destination de l’ensemble de l’Europe. Elle était aussi le siège d’une grande diversité de cultures associées, lesquelles occupent de nos jours la plus grande partie du site. Malgré l’abandon de plus en plus marqué de ces cultures, le paysage actuel reste d’une grande authenticité. Il est aussi, en tant que l’un des derniers espaces naturels mettant en contact le monde alpin et la Méditerranée, le siège d’une importante biodiversité.
1. Biodiversité (palmiers)
Les différentes espèces de palmiers présents à Bordighera n’ont jamais fait l’objet d’un recensement précis. Les principaux palmiers en culture sont Phoenix dactilifera, Phoenix canariensis, Washingtonia, Sabal palmetto, Latania et Chamaerops humilis. On trouve aussi plus marginalement des exemplaires de Trachycarpus, Phoenix roebelenii, Butia, Phoenix reclinata, Phoenix sylvestris, Brahea, Erythea, Jubaea chilensis, Syagrus, Livistona chinensis, Arcontophoenix cuninghamiana & Sabal minor
2. Les productions de palmes et les cultures associées
La palmeraie de Bordighera produisait traditionnellement deux types de palmes, qualifiées de “juives” et de “romaines” par les cultivateurs:
* la production, à destination de l’ensemble de l’Europe, des jeunes feuilles de palmes destinées à la fête juive de Soukkhot (appelée aussi “fête des cabanes”),
* la production de “palmes blanches” tressées pour le Dimanche des Rameaux, principalement à destination de l’Italie et notamment du Vatican.
Ces productions font appel à la technique de la “ligature”, qui consiste à lier les feuilles centrales de l’arbre en forme de bouquet.
La palmeraie de Bordighera abrite par ailleurs, comme toutes les oasis, diverses cultures étagées en terrasses sous le couvert des palmiers, lesquelles ont évolué au cours des siècles. Il s’agit pour l’essentiel:b * d’agrumes, * de plantes vertes ornementales, * de fleurs, * de jardins potagers. Caractéristiques de l’ensemble de la région, ces cultures de terrasses constituent de nos jours l’un des principaux attraits du paysage de la palmeraie.

 

BIBLIO

CASTELLANA Robert. 2006. Tourisme, ressources et développement au travers de l’exemple de la Côte d’Azur et de la palmeraie de Bordighera. Texte révisé de la communication présentée lors du Colloque «La cultura del’oasis», Elche, décembre 2006. Link : http://www.listephoenix.com/

CASTELLANA R. 2011. La palmeraie historique de Bordighera. Description paysagère et patrimoniale. Issued by The Phoenix Project, France Italy 2011. Link:  CASTELLANA 2011

CASTELLANA R, 2000. Introduction et diffusion de plantes à usages rituels en Méditerranée occidentale. In: Actes des Rencontres Corses de Nice, Nice, UNSA, Centre d’Etudes Corse. Link: http://gardenbreizh.org/

PINTAUD Jean Christophe, 2002. From Bordighera to Barcelona, Palms, 46(3). Link: http://www.palms.org/

CERIOLO VERRANDO AM, 2009. Bordighera nella storia [2]. Istituto internazionale di studi liguri, Bordighera. Commercial link : http://www.unilibro.it/

LO BASSO L, CARASSALE A, VERNASSA P, 2008. Sanremo, Giardino Di Limoni: Produzione e Commercio Degli Agrumi Dell’estremo Ponente Ligure (Secoli XII-XIX). Carocci. Commercial link : http://www.carocci.it/

AAVV, 2002, Totella ambientale del Patrimonio. Atti dei Convegni del’ Isitituto Internazionale di Studi Liguri, Bordighera, ISL 2003. Commercial  link: http://www.bordighera.it/

CASTELLANA R, 1997. Les palmes de la Passion. D’un rêve d’Orient à l’invention de la Côte d’Azur. Nice, Ed. ROM. Commercial link : http://boutique.rom.fr/

BESSONE G. 1992. Palme d’Autore. Bordighera, Centro Culturale Chiesa Anglicana. Link :  http://www.bordighera.it/

CERIOLO VERRANDO AM, 1971. Bordighera nella storia [1]. Istituto internazionale di studi liguri, Bordighera. Commercial link : http://www.abebooks.fr/

CHEVALIER Auguste 1924. Dattiers à fruits comestibles cultivés sur la Côte d’Azur. In Revue de Botanique Appliquée et d’Agriculture Coloniale 1924 (188-198). Link :  http://www.persee.fr/

SAUVAIGO Emile 1896. Les Phoenix cultivés dans les jardins de Nice. Le Phoenix melanocarpae de la villa Henry de Cessole. Orleans, Pigelet, 493-499. Link : http://publikationen.ub.uni-frankfurt.de/

 

ICONO

PEINTRES
La palmeraie de Bordighera vue par Claude Monet
[nggallery id=55]
Bordighera, Palme via Charles Garnier
VALLON DU SASSO
La palmeraie de Bordighera au travers des cartes postales anciennes.
Bordighera Paysage de la palmeraie de Bordighera par Marcello Cammi, (1961)
JARDIN CAMMI
L’œuvre de Cammi dans son atelier de la palmeraie de Bordighera.
Bordighera Giardino Winter Vallone H Nestel
JARDIN WINTER
Le Jardin Winter de Bordighera au travers des cartes postales anciennes.
IRRIGATION
[nggallery id=7]
Le système d’irrigation traditionnel de la palmeraie de Bordighera

 

VIDEOS

Con semplici parole La Storia di Bordighera
La Villa Garnier

Le Jardin Winter

Le Jardin Brin

La culture des palmiers à Bordighera

Les palmes de la Semaine Sainte au Vatican

Claude Monet a Bordighera

Le Jardin Cammi

Le Jardin Cammi

La biodiversité marine

Le monastère de San Ampeglio

Le sentier du Beodo

 
 

Print Friendly, PDF & Email