Agronomie

 

Video: l'oued de Fint et la vallée du Draa (Sud marocain). L'oasis a permis de créer un micro climat qui rend l'agriculture possible. La première condition réside dans la maîtrise de l’eau, qui alimente les parcelles en eau grâce à un réseau de milliers de kilomètres de canalisations à ciel ouvert ou enterrées, les séguias. La présence des palmiers dattiers joue par ailleurs un rôle primordial car ces arbres rustiques abritent du soleil des arbustes et un grand nombre d’autres cultures variées.

Les recherches consacrées à la phoeniciculture relèvent des techniques culturales propres aux éco-systèmes oasiens. Elles concernent principalement les cultures pratiquées sous le couvert des palmiers (l'agro-foresterie) ainsi que l'irrigation et l'amendement des sols. Cette rubrique en rend compte autour des thèmes suivants:
 
*AGROFORESTERIE
Une des caractéristiques de la phoeniciculture oasienne traditionnelle relève de l'emploi de techniques culturales qualifiées d'agro-foresterie. Il s'agit de la présence, sous le couvert des palmiers, de 2 étages de plantes associées avec un sous-étage arbustif abritant lui aussi diverses autres cultures vivrières, du type potager par exemple. Ces techniques culturales originales ont permis de coloniser des zones extrèmement arides et hostiles.
 
*IRRIGATION
La gestion de l'eau est au coeur de l'économie et de l'écologie du monde oasien. Il s'agit d'une ressource rare, qui a fait l'objet d'innovations traditionnelles du plus haut intérêt en cette période de réchauffement climatique. Ces pratiques traditionnelles sont désormais remises en cause par l'exploitation par forage des nappes phréatiques fossiles et la salinisation des terres qu'elle entraine.
 
*PEDOLOGIE
Les oasis sont des milieux anciennement et intensivement cultivées. Cette agriculture trop intensive ou inappropriée a entrainé une perte de la matière organique stable dans les sols et la diminution de leur fertilité. Elle se caractérise par et une sensibilité accrue des plantes aux déséquilibres nutritionnels et aux maladies. Les sols oasiens sont ainsi pauvres en humus, et la question de leur amendement est un enjeu agronomique majeur que les oasis partagent avec une grande partie du monde méditerranéen.
 
En savoir plus : KILLINA C., REPP G. 1956. Recherches écologiques sur les relations entre le climat, les sols et les Plantes irriguées dans les Oasis Sahariennes. In: Journal d'agriculture tropicale et de botanique appliquée Année 1956 Volume 3 Numéro 3-4/5-6. 60p.
Print Friendly