DIES PALMARUM

Consacré à la tradition religieuse chrétienne des palmes tressées dans le monde méditerranéen, ce dossier a été rédigé par Robert Castellana, coordinateur du Projet Phoenix avec la collaboration de Jean Christophe Pintaud (IRD).  Les documents relatifs à ces traditions sont accessibles ici: orientégyptegrèceéthiopieromeespagneliguriesardaignecorsefrance

Illustration de la Genèse et de l’Arbre de la Connaissance extraite du Beatus de Liebana. Saint-Sever France, ca 1060. BNF fol. 5v-6

INTRODUCTION. Les plantes occupent une place importante dans les textes bibliques et parmi elles le palmier-dattier qui fait partie des principaux rites chrétiens orientaux, copte, byzantin, arménien, chaldéen, syrien ou maronite. Cette tradition remonte à la mention dans les Évangiles de l’entrée du Christ à Jérusalem. Le Dies Palmarum (Office des Palmes ou des Rameaux) est ainsi célébré depuis le 4ème siècle à Jérusalem et en Egypte par les églises chrétiennes. L’introduction de l’imagerie du palmier en Occident, où cet arbre était alors inconnu, remonte à l’époque où le monachisme et l’érémitisme se développèrent dans les déserts et les oasis du Moyen-Orient. Les palmiers, qui participaient du quotidien des moines, étaient en effet largement représentés dans les monastères. Ces mêmes monastères allaient être par la suite à l’origine de l’Evangélisation de l’Europe, avec notamment l’installation d‘ermites orientaux sur la côte ligure, Sant’Ampelio à Bordighera et surtout Saint Honorat à Cannes, sur l’île de Lérins dont le rayonnement s’étendra jusqu’à l’Irlande. Les légendes relatives aux moines de Lérins et de Bordighera font explicitement allusion à la présence du palmier, qui devient vite incontournable dans l’iconographie chrétienne en Occident. On le retrouve dés lors dans l’architecture des églises et dans leur décoration, en tant qu’attribut des saints orientaux mais aussi des martyrs chrétiens. Le palmier possède donc dans l’Occident chrétien une dimension hautement exotique, celle d’un emblème de la Terre Sainte. Cette dimension symbolique ressort plus particulièrement de la célébration du Dimanche des Palmes, le Dies Palmarum, qui inaugure la Semaine Sainte. Les moines lui donneront une dimension de catéchisme populaire avec la diffusion de la tradition des feuilles de palmes tressées qui s’étend de nos jours à l’ensemble du monde chrétien. Mais au-delà de l’imagerie exotique et/ou religieuse, l’histoire du Dies Palmarum est aussi celle de l’introduction et de la diffusion d’une plante, avec la fondation des deux palmeraies médiévales d’Elche en Espagne et de Bordighera en Italie.

Bibliographie : CASTELLANA R., 2000. Culture, Introduction et Diffusion de Plantes à Usages Rituels en Méditerranée Occidentale. Actes des quatrièmes Journées universitaires corses de Nice, 7-9 novembre 1998 [organisés par le] Centre d’études corses de Nice (CECN). – Nice : Université de Nice, 2000 (06-Nice : Impr. Faculté des lettres). – 176 p., ill. ; 29 cm. Textes des communications en français et en corse. – Notes bibliogr. – DL 01-14093 (D1). – 944.99. – ISBN 2-9508315-2-4. pp. 115-127. Lire en ligne: http://gardenbreizh.org/articles/article-15-culture-introduction-et-diffusion-de-plantes-a-usages-rituels-en-mediterranee-occidentale.html 

En savoir plus: les pages qui suivent donnent accès aux principales cérémonies du Dies Palmarum dans le monde méditerranéen: orientégyptegrèceéthiopieromeespagneliguriesardaignecorsefrance

Print Friendly, PDF & Email