PALMIER DATTIER

MENACES SUR LES OASIS
 
Bordighera palmgardens
Carte des jardins exotiques de Bordighera et de l'infestation en cours des palmiers dattiers : google map
 
Cette première édition 2016 de notre news-letter est une introduction au thème du monde oasien, qui sera plus largement développé dans les publications de cette année. Elle traite de la palmeraie historique de Bordighera, de ses jardins historiques de palmiers, de ses architectures de terrasses et de tous les éléments qui fondent l’unité de son territoire. Nous avons mis en ligne à ce propos une cartographie interactive, ébauche d'une réflexion en cours sur les rapports entre le territoire et ses représentations. Cette news-letter concerne aussi la diversification actuelle des cibles du ravageur, Rhynchophorus ferrugineus, en direction du palmier dattier. Ce coléoptère palmivore opportuniste avait déjà infesté (il y a une vingtaine d’années), un grand nombre de palmeraies dattières, du moyen-orient à l’Egypte. Il s’est ensuite installé dans les plantations ornementales de Phoenix canariensis de la Méditerranée occidentale, et plus récemment au Maghreb. Le changement d’hôte relevé sur la Riviera italienne est inquiétant et nous avons invité l’entomologue Victoria Soroker (qui participe au Projet Européen Palm Protect) à nous faire part de son expérience en matière de lutte en Israël. Nous nous sommes par ailleurs rendus dans les principaux jardins botaniques de la Côte d’Azur, en France, en Italie et dans la Principauté de Monaco. En collaboration avec les responsables de ces jardins et les associations frontalières, nous avons ainsi organisé une série de réunions d’information dont nous publions le compte-rendu ci-dessous. Vous trouverez enfin, sur les pages thématiques de notre site, la mise à jour pour 2015 de nos habituelles bibliographies (en accès libre exclusivement) et une nouvelle édition de notre rubrique Art, Science & Landscape, consacrée pour l’occasion à la géographie et à la cartographie.
 
SOMMAIRE
1. Terroir et territoire : le vallon du Sasso et ses jardins de palmiers
2. Menaces sur le palmier dattier : France, Italie & Principauté de Monaco
3. Revue de presse (octobre – décembre 2015) : jardins botaniques de la Riviera
4. Web surwey : bibliographies 2015 en accès libre

TERROIRS

1. TERROIRS & TERRITOIRES
Le Vallon du Sasso et ses jardins de palmiers
 
Les oasis se trouvent pour l’essentiel en Afrique du Nord et au Moyen Orient, et plus marginalement en Asie, en Australie et en Amérique. Leur répartition concerne les zones arides, lesquelles représentent près d'un tiers de la planète. La majorité d'entre elles se caractérisent par la présence du palmier dattier, Phoenix dactylifera, et par la rareté de leurs ressources en eau. Les oasis abritent aussi une grande biodiversité, due à la présence de nombreuses cultures associées qui occupent jusqu'à trois étages de végétation. Les oasis sont par ailleurs le plus souvent des escales, situées sur les grands itinéraires commerciaux qui ont mis en contact les civilisations depuis l'Antiquité, comme les routes caravanières du Sahara reliant la Méditerranée et l'Afrique, ou la Route de la Soie entre l'Europe et l'Asie. La palmeraie historique de Bordighera est la plus septentrionale des palmeraies de dattiers. Elle aurait compté jusqu’à 15000 palmiers, dont les descendants composaient il y a encore peu de temps un paysage étonnant par la diversité des variétés conservées. Cette oasis atypique avait pour vocation la production de palmes à destination des communautés juives et chrétiennes, pour les fêtes rituelles du Nouvel An et de la Pâque. C’est là aussi que s’était installé le célèbre architecte Charles Garnier, dont la Villa et le jardin sont toujours présents sur le site. De la centaine de jardins de palmiers qui occupaient le vallon, il demeure encore un millier de spécimens situés autour des jardins Phoenix et Winter. Ce paysage emblématique est aujourd’hui menacé de disparition, sous l’influence conjuguée du charançon rouge et de l’inaction des pouvoirs publics.
 
Visite guidée interactive de la palmeraie de Bordighera
Cette carte en ligne offre un accès documenté au territoire de la palmeraie historique, ses jardins, ses architectures et son histoire, au travers d'une riche collection de témoignages et de documents iconographiques. Elle s'est inspirée d'une initiative similaire, mise en oeuvre récemment dans la commune voisine de San Biagio par l'Université de Gênes, avec la création du Parc BiamontiCe genre de cartographie n'est innovant qu'en apparence. Les géographes avaient en effet commencé, dès la Renaissance, à produire des cartes extrèmement détaillées. De tout temps l’homme a cherché à se situer dans l’espace, à connaître et à comprendre l’univers qui l’entoure, à explorer le territoire qui s'offre à lui. Vision du monde ou représentation de l'espace environnant, la carte met en scène graphiquement les multiples enjeux qui traversent les relations que l'homme entretient avec le territoire. En projetant sur la carte la représentation qu’il se fait du monde, l'homme a fait progresser sa connaissance, mémorisant d'abord les itinéraires, explorant les limites des terres connues, investissant le sous-sol et les fonds marins, remontant le temps ou se projetant dans l’avenir.
 
En savoir plus : les enjeux de la cartographie
cartographieL'essor de la cartographie s'est s'accompagné d'une révolution des représentations. Sous son influence, le statut du territoire a profondemment changé. Jusqu'alors espace vécu et représenté comme lieu de vie et itinéraire, il devient désormais un espace perçu en tant que paysage. Aujourd'hui dominante, la notion de paysage n'est pas une réalité immuable, ni un fait évident. Sa perception est en effet conditionnée historiquement et culturellement, à la fois comme objet de représentations et comme cadre de vie et de références existentielles. Au cours du XX° siècle, les paysages méditerranéens ont ainsi changé en profondeur sous des influences diverses. Ces évolutions constituent l'aboutissement d'un long processus initié par la Renaissance italienne, lorsque les peintres inventent les premières représentations paysagères. Ces représentations seront popularisées par la suite avec l'essor du tourisme, lequel s'accompagne d'une abondante iconographie exotisante en ce qui concerne le monde méditerranéen. Elles seront plus particulièrement illustrées par les peintres de la modernité pour la Côte d'Azur, et par les peintres orientalisants pour les pays du Sud.

Monet 1884 bordighera
La palmeraie historique de Bordighera peinte par Claude Monet
De nos jours, les paysages méditerranéens sont soumis à de nouvelles évolutions tout aussi importantes, et qui conduisent à de véritables métamorphoses. Leurs représentations connaissent dans le même temps une crise majeure, qu'illustre la montée d'une sensibilité 'écologique'. Cette multiplication de paysages vécus comme des paysages "dégradés" relève effectivement d’une réalité objective: l'impact de moins en moins contrôlé des activités humaines sur l'environnement. Situé au coeur de la palmeraie historique, le Jardin Winter offre une illustration exemplaire des métamorphoses que connaissent actuellement les paysages méditerranéens, avec la disparition en cours de l’un des plus anciens jardins historiques de la Riviera.
 
Jardin Winter Bordighera 2014
Illustration: le Jardin Winter (Bordighera) en 2015
La survie de la palmeraie de Bordighera doit beaucoup à ce jardin, créé par le paysagiste allemand Ludwig Winter. L’image de la Côte d’Azur aussi, laquelle lui est redevable en grande partie du succès de son arbre emblématique, le palmier. Winter s’était en effet installé à la fin du XIXe siècle au cœur de la palmeraie médiévale du vallon du Sasso. Il participa activement dès lors à sa conservation et à son développement, en cherchant notamment à dynamiser et diversifier son activité. Il avait ainsi créé une pépinière à vocation commerciale européenne, tournée vers l’exportation (du plant en pot à l’invention d’un artisanat profane inspiré de la tradition religieuse des palmes tressées), vers l’acclimatation et l’introduction de nouvelles espèces, et aussi vers l’accueil du touriste. Ce qu’il reste du Palm-Garten de Ludwig Winter occupe toujours une place importante dans le paysage de l’embouchure du vallon. 
En savoir plus :
* Le jardin historique Winter de Bordighera menacé de disparition. In: Le Sauvage juillet 2014. Link: www.lesauvage.org
* Giardino Winter Bordighera: devastazione delle palme. In: Riviera 24 novembre 2015. Link: www.riviera24.it/
 
Logo RADDOOasis & développement durable.
Les oasis du Maghreb se sont organisées (lors du Sommet Mondial de Johannesburg en 2002) dans le cadre d'un important réseau associatif, visant à leur sauvegarde et à la promotion du développement durable en milieu oasien. La création du RADDO répondait au besoin d’enrayer le déclin que ne cessent de subir ces milieux particulièrement fragiles. Deux pays du Sahel viennent de rejoindre ce réseau, le Niger et le Tchad. Notre site web se propose, pour l'année à venir, de développer ses pages consacrées au monde oasien. A côté des monographies actuelles, ces pages traiteront des techniques culturales mises en œuvre dans les palmeraies (l'irrigation, l'amendement des sols, les techniques dites d’agro-foresterie et les activités associées à la palmiculture: artisanat et élevage). En cours de rédaction, notre rubrique OASIS est provisoirement accessible ici: liste-phoenix

 

MENACES

Principaute de Monaco2. MENACES SUR LE PALMIER DATTIER
Point sur la lutte en cours (France, Italie & Principauté de Monaco)
 
Face à l’inaction des pouvoirs publics italiens en matière de lutte contre le charançon rouge, les principaux jardins et associations de Bordighera ont créé en 2014 le Collectif ‘Non c’e più tempo, dans le but de fédérer les initiatives et de mutualiser les moyens. Ce Collectif s’est élargi depuis en direction de la région frontalière, et plus largement de l’ensemble du monde méditerranéen. Six réunions internationales ont ainsi eu lieu récemment, en France, en Italie et en Principauté de Monaco. Ces réunions ont permis de rencontrer les jardins et les associations locales et de faire le point sur la lutte en cours. Elles se sont déroulées dans le contexte très préoccupant de la diversification en cours des cibles du ravageur vers le palmier dattier, un problème qui concerne aussi l'ensemble des pays du Sud méditerranéen. Le ravageur avait en effet attaqué presque uniquement le palmier des Canaries depuis 2007. La diversification de ses cibles a commencé l’an dernier (2014) à Bordighera, avec 6 palmiers dattiers (Phoenix dactylifera) infestés par le charançon rouge. Elle se confirme cette année, avec 8 nouveaux dattiers de grande taille infestés à ce jour, dont 5 exemplaires au cœur de la palmeraie historique. Les 3 autres exemplaires ont été localisés dans le centre-ville. Tout cela est très inquiétant. Outre la disparition programmée de la palmeraie historique, le risque de chute sur la voie publique est en effet très élevé pour ce genre de palmiers. Ces risques vont bientôt concerner les villes de la Côte d’Azur où ces arbres sont massivement présents, comme Nice, Menton, Cannes et Hyères. Nombre de ces palmiers sont d’ailleurs des arbres qui ont été transplantés de Bordighera au siècle dernier. Un appel à soutien a été lancé auprès du réseau des oasis de palmiers dattiers du Maghreb et du Sahel, le RADDO, qui l’a largement relayé du fait de l’importance du palmier dattier pour leur économie. La Communauté juive de la Côte d’Azur a elle aussi été sensible à cet appel, en organisant la venue et le séjour de l’une des principales experts de la lutte en Israël, le docteur Victoria Soroker avec le soutien de l'Association humanitaire Pax Medicalis. La palmeraie de Bordighera a en effet fourni pendant plusieurs siècles des feuilles de palmiers aux communautés juives européennes pour leurs fêtes du Nouvel An.
 
Collectif ‘Non c’e più tempo’ : 25 jardins historiques et associations locales de Bordighera ont décidé d’adresser au Ministère de l’Agriculture italien une pétition, pour dénoncer le non-respect de la politique de lutte obligatoire contre le ravageur dans la Région. Ils demandent dans ce texte la mise en œuvre planifiée de toutes les techniques de lutte et d’éradication du charançon rouge actuellement autorisées au niveau européen. Link : non c'e piu tempo
Signer la pétition à l'adresse suivante www.change.org
Jardin Expérimental Phoenix de Bordighera en collaboration avec les associations "Collectif Méditerranéen pour la Sauvegarde des Palmiers" (Collettivo Mediterraneo per la Salvaguardia delle Palme – CMSP), A Parmura (Bordighera), Pax Medicalis (Menton – Monaco), Empreintes (Nice), Fous de Palmiers & Sauvons Nos Palmiers (France). Avec le soutien du réseau oasien RADDO (Maghreb et Sahel) et du Projet Européen Palm Protect.

Lire en PDF
* La lutte en cours dans les jardins botaniques de la Riviera  Monaco / 04 12 2015
Compte-rendu des stratégies de lutte actuellement conduites dans les principaux jardins botaniques de la région. Link: sauvonsnospalmiers

Logo Volcani Center2.1 INTRODUCTION
Les jardins botaniques et les associations de la région frontalière ont mis en commun leurs expériences en matière de lutte contre le ravageur des palmiers, à l’occasion de la visite dans la région de Victoria Soroker (Volcani Center Israel / Projet Européen Palm Protect). Ce point d’étape sur les stratégies de lutte en cours dans la région transfrontalière, a été organisé par le Jardin Expérimental Phoenix de Bordighera, en collaboration avec l’association Pax Medicalis (Menton – Monaco), les Services Espaces Verts de la Principauté de Monaco et les principaux jardins botaniques et associations franco-italiennes. Il a donné lieu à une présentation du Projet Européen Palm Protect et de la stratégie de lutte intégrée (Integrated Pest Management = IPM)
Lire la suite en format pdf : sauvonsnospalmiers.fr
Rapport final Palm Protect : cordis.europa.eu

2.2 FRANCE / ITALIE (jardins botaniques)
 
Antibes Villa Thuret Jubea chilensis* Antibes : Villa Thuret (Institut National de Recherches Agronomiques)
Lutte biologique (nématodes)
Le jardin de la Villa Thuret est le plus ancien des jardins botaniques de la Côte d’Azur encore en activité (1857). Il compte 35 espèces de palmiers. Catherine Ducatillion (Unité Expérimentale Villa Thuret) et Elisabeth Tabone (Equipe Biocontrôle de l'Unité expérimentale Entomologie et forêt méditerranéenne) nous ont présenté l’historique de l’infestation, la stratégie de lutte actuelle et ses résultats. L’infestation remonte à 2006 sur le Cap d’Antibes, mais le jardin Thuret a été épargné jusqu’en 2012 pour des raisons non encore expliquées, malgré la présence attestée des ravageurs. Un projet de recherche portant sur l’une des hypothèses possibles a été présenté, mais non financé. Une arrivée massive de charançons a été constatée au jardin botanique en septembre 2012 et les premières infestations repérées durant l'été 2013. Ce jardin d’acclimatation étant géré par l’INRA, il constitue un support d’étude et d’expérimentation donnant lieu à des protocoles rigoureux rendant impossible l’usage de traitement chimique. Cela nuirait aussi à l'émergence d'éventuels auxiliaires. Depuis 2014, une partie des collections est traitée de manière préventive par nématodes. Par ailleurs, des pièges ont été installés pour une expérimentation dans le cadre du projet Palm Protect. A ce jour, 5 Phoenix canariensis ont été contaminés, dont un après la mise en place du traitement biologique, ainsi que 3 spécimens très anciens de Jubaea chilensis, dont 2 après la mise en place du traitement. Les différentes techniques préventives et curatives existant ont été passées en revue, leurs modalités de mise en œuvre et leurs résultats analysés et comparés par les scientifiques présents lors de notre rencontre à la Villa Thuret, en fonction des espèces de palmiers et des pays. Plus d’infos : www6.sophia.inra.fr/
 
Bordighera Giardino Brin Phoenix canariensis* Bordighera : Giardino Brin (Jardin privé)
Injection initiale & aspersions mensuelles d’insecticides
Le Jardin Brin est un jardin de palmiers des Canaries (Phoenix canariensis) récemment réhabilité par la paysagiste italienne Maria Dompe. Il abrite une centaine d’exemplaires de cette espèce particulièrement sensible au ravageur, ainsi qu’un musée et un parc de sculptures. C’est seulement en 2014 que son propriétaire, Vincent Torre, a été confronté à une infestation qui a concerné pour l’essentiel des spécimens de petite taille (une dizaine), soit 7 ans après l’arrivée du ravageur à Bordighera. Le caractère très tardif de l’infestation demeure inexpliqué, en l’absence de tout traitement préventif. Le Jardin Brin s’est alors tourné vers le Collectif Non c’e piu tempo, qui a conseillé de traiter les palmiers de taille supérieure à 1m50 par injection de thiamotexan. Les petits sujets ont été soumis à des aspersions mensuelles de pesticides. Depuis 2015, l’ensemble des palmiers est désormais traité en alternant divers insecticides chimiques et l’infestation est en net recul. Le Jardin Brin représente actuellement la dernière importante concentration de Phoenix canariensis subsistant dans la région, juste après une palmeraie ensauvagée voisine qui compte environ 500 spécimens. Là aussi, le rythme très lent de progression de l’infestation mériterait une investigation approfondie. Plus d’infos : www.giardinoirene.it/
 
Bordighera jardin experimental* Bordighera : Giardino Sperimentale Phoenix (Jardin privé)
Lutte écosystémique
Le Jardin Expérimental Phoenix est le dernier jardin traditionnel de palmiers de la palmeraie historique de Bordighera. Il remonte à la fin du moyen-âge et se compose d’une centaine de palmiers, des dattiers exclusivement (Phoenix dactylifera), lesquels comportent généralement de nombreux rejets de dimensions très diverses. Les associations locales sont particulièrement mobilisées pour la défense de ce site historique, au travers des initiatives mises en œuvre dans le cadre du Projet Phoenix, sous la direction scientifique de Jean Christophe Pintaud récemment décédé. Le dernier article de ce chercheur de premier plan était consacré à la lutte contre le ravageur des palmiers, élaborée à Bordighera depuis deux ans dans ce jardin qu’il supervisait. La lutte préconisée repose sur deux des piliers de la lutte intégrée: une gestion écologique des plantations associée à des traitements préventifs à base de nématodes. Robert Castellana, qui gère ce jardin, a évoqué à ce propos le changement de paradigme lié à l’infestation en cours des palmiers dattiers. Les deux autres piliers de la lutte intégrée, le piégeage et l’injection pourraient ainsi être mis en œuvre dans les années à venir. Pour le moment, environ 700 palmiers dattiers font l’objet d’une surveillance régulière destinée à établir une statistique de la progression à venir de l’infestation. Sur les deux dernières années, le pourcentage de palmiers infestés se monte à 1% de l’échantillon observé. Plus d’infos : listephoenix.com/
 
Villa Caryota Frejus 2015 traitement PA et RPW* Fréjus : Villa Caryota (Jardin privé)
Injections & aspersions mensuelles d’insecticides chimiques
Compte-rendu de la lutte par Jean-Christophe Jacon de la Société Palmophile Francophone. La Villa Caryota renferme environ 250 palmiers de 90 espèces. Les premières attaques de Paysandisia sont arrivées il y a une quinzaine d'années, les attaques de Rhynchophorus n'excédant pas 2 ans. Les deux cohabitent parfaitement, les galeries de Paysandisia attirant Rhynchophorus. A ce jour, je comptabilise seulement 2 pertes de palmiers par le Rhynchophorus, 2 Phoenix canariensis de 10 mètres de stipe. Malgré un traitement préventif au cœur (2 fois par an), le premier a subi une attaque par dessous qui lui a été fatale, bien que l'assainissement ait été réalisé le lendemain! Le méristème n'est jamais reparti. Le second fût aussitôt retraité puis équipé de 3 canules a 120° (procédé espagnol SOS Palm). Le premier est tombé en octobre 2014 et le second en mai 2015. Peu de Rhynchophorus dans le stipe mais de la pourriture rose (clyocladium). Peu de recul donc pour pouvoir dire si l'endothérapie marche. Les traitements envers les papillons commencent à partir de la deuxième semaine après les premiers vols et se terminent à la fin septembre suivant la météo. Les deux premières semaines de vol sont tout bonnement reproductives chez Paysandisia. Il est alors très facile de les attraper avec des filets à papillons : une épuisette sur la palme et une en dessous et le piège se referme. Chaque été je dénombre environ 35 papillons pris dans ces conditions ce qui exponentiellement diminue considérablement le nombre de pontes. Si les premiers vols apparaissent au 15 juin, le premier traitement aura lieu le 1er juillet, le second le 1er août, le troisième le 1er septembre et si la météo est clémente, je peux en refaire un au 1er octobre. Les Chamaerops du jardin sont difficiles à traiter de par leur rejet de tout liquide par les fibres. Ils ont beaucoup mieux résistés cette année suite à la pose de canules. J'ai aussi assisté les Braheas brandegeii et les Trachycarpus qui sont particulièrement appréciés de Paysandisia. Le Jubaea qui fleurit et le Washingtonia filifera sont aujourd'hui assistés aussi. Je rajoute pour les plus vulnérables au Rhynchophorus, c'est à dire Jubaea, Washingtonia, Phoenix sylvestris et Phoenix theophrastii, deux traitements supplémentaires au cœur au mois de janvier et mai. Je traite avec une pompe électrique de 100 litres et une perche télescopique de 6 mètres dépliable. Je m'équipe bien entendu d'une combinaison, de gants phyto, d'un masque intégral phyto et de bottes. Plus d’infos : societepalmophilefrancophone.org/
 
Injection revive syngenta* Menton : Val Rahmeh (Museum National d’Histoire Naturelle)
Nematodes + injection (Revive)
Compte rendu de la lutte contre le charançon du palmier (Rhynchophorus ferrugineus) par Christophe Joulin. Le jardin botanique exotique Val Rahmeh (1500 taxons dont 80 espèces de palmiers) situé sur la commune de Menton près de la frontière italienne. En 2012 le jardin a connaissance d’attaques sur les Palmiers de Vintimille (ville italienne), mais d’aucune attaque du côté Français dans l’environnement du jardin Val Rahmeh. En 2013 le MUSEM décide de prévenir le risque et traite les 17 palmiers, Phoenix canariensis de la propriété par traitement biologique. La méthode biologique à base de nématodes est retenue. Cette méthode consiste à inonder le cœur de chaque palmier avec un mélange d'eau et de nématodes. Ce procédé débute en mars pour se terminer fin octobre. Les passages sont espacés de + ou – 21 jours et nous choisissons de ne pas traiter au Confidor aux mois de juillet et août. En 2014 le Muséum renouvelle cette méthode. Mais en fin d'année le constat d’un nombre impressionnant d'attaques de palmiers sur la commune de Menton (plus de 30) est fait. Le Muséum change alors de stratégie en utilisant une méthode chimique à base de Revive. En mars 2015, 20 palmiers (17 palmiers Phoenix canariensis – 01 Washingtonia filifera – 02 Phoenix sylvestris) sont traités. Deux injections de Revive à la base de chaque palmier sont réalisées. En juillet 2015 un palmier, au sein du jardin, donne des signes d'attaques avec des palmes qui s'effondrent sur un côté. Après un début d'assainissement il s'avère que les charançons sont morts, l'assainissement est suspendu mais le palmier reste sous haute surveillance. Pour les années à venir 2016–2017, le traitement au Revive est programmé. Au-delà, le Muséum attend de voir les résultats obtenus suite aux différents traitements utilisés. Après la présentation faite (le 16 décembre à Maria Serena) nous sommes très intéressés par le traitement à base de Beauveria dispersé à partir de drone. Actuellement, nous étudions la faisabilité d’un piégeage. Plus d’infos : www.mnhn.fr/
 
Saint Jean Cap Ferrat Jardin Les Cedres Palmeraie* Saint-Jean-Cap-Ferrat : Jardin des Cèdres (Jardin privé)
Lutte biologique (nématodes + champignons)
Compte rendu de la lutte contre le Charançon rouge du palmier par Marc Tessier. Le Jardin des Cèdres rassemble 120 espèces de palmiers dont les 2/3 sont cultivés en plein air. De 2004 à 2006 nous avons mis en place, avec le Service de la Protection des Végétaux, 3 pièges sans aucun résultat positif. En 2012, un premier cas d'attaque de CRP est vérifié sur Phoenix canariensis sur notre site. Après une taille d'assainissement et un traitement chimique, l'état de cette plante n'a plus donné de signe d'infection. Suite à la redécouverte d'un parasite des Palmiers (Pistosia dactyliferae) en 2013, nous avons mis en place avec le COPIL 06 (antenne de Nice Métropole impliquée dans la gestion des Palmiers et les moyens de lutte contre les ravageurs) un plan de lutte biologique contre le CRP (utilisant Nématodes et Champignons entomophages). Cette lutte a été suivie jusqu'en 2015. En 2014 détection d'un deuxième sujet de P.canariensis infesté par CRP dans un secteur différent du premier cas. Il a été procédé à une taille d'assainissement suivi d'une application fongicide/insecticide. En 2015, 8 nouveaux cas de palmiers P.canariensis ont été détectés. Tous les sujets étaient intégrés dans le plan de lutte biologique :
– 6 cas dans le secteur infesté en 2012
– 1 cas dans le secteur infesté en 2014
– 1 cas dans un nouveau secteur.
A ce jour nous n'avons pas de nouveau cas de palmier mort suite à l'attaque de CRP.
La faiblesse de l'efficacité de la lutte biologique en zone infestée, l'incompatibilité de combattre efficacement les champignons pathogènes infestant nos palmiers (gliocladium) et les effets secondaires du champignon entomophage (type Beauveria) sur les populations d'insectes utiles (type abeille) nous obligent à mettre en place une autre stratégie de lutte. Après avoir exclu l'endothérapie (trop d'incertitudes d'efficacité et des problèmes sanitaires sur le long terme), nous travaillons à la mise en place d'un plan de lutte basé sur des traitements chimiques associés à un piégeage massif, associant différents types de pièges compatibles avec les techniques culturales (arrosage).
 
Injection Vertimec SOS PALM* Vintimille : Giardini Hanbury (Université de Gènes)
Injection Vertimec SOS Palm
Situé à la frontière franco-italienne, entre Vintimille et Menton, le Jardin Hanbury fait partie des plus anciens jardins botaniques de la Riviera (1867). Parmi ses collections de palmiers, il comprend une forte concentration de Phoenix canariensis (53 spécimens). Le ravageur n’est arrivé que tardivement dans ce secteur, et les premières infestations dans le jardin remontent au mois d’avril 2015, avec 9 spécimens attaqués. L’Université de Gènes, qui gère les collections, s’est alors rapprochée de la Société GEA qui a conseillé le procédé espagnol SOS Palm. Il s’agit d’une installation à demeure de 3 canules permettant l’injection mensuelle d’abamectime (Vertimec). Ce procédé est facile à mettre en œuvre et peu onéreux, les jardiniers s’occupant eux-mêmes de le gérer, sous la direction de Stefano Ferrari. Il est toutefois reproché à ce procédé un risque de nécrose au niveau des perforations. 2 pièges ont aussi été installés dans le jardin. Les palmiers infestés ont par ailleurs fait l’objet de tentatives d’assainissement infructueuses, peut-être du fait qu’ils n’ont pas été suivis de traitements insecticides et fongicides. Plus d’infos : www.sospalm.com/
 
2.2 FRANCE (associations)
 
logo CMSP* Collectif Méditerranéen pour la Sauvegarde des Palmiers (France) 
Expérimentation d’éradication dans le Var
Le Président du CMSP, Guy Hily, a présenté les objectifs poursuivis par le Collectif, lesquels consistent dans la mise en place de chantiers d’éradication. Cette stratégie repose sur l’injection d’une substance à longue permanence (un an), l’émamectime benzoate. Ce produit est autorisé en France sous la marque Revive. Son efficacité a été validée par Michel Ferry et Susi Gomez (Estacion Phoenix INRA de Elche). Des formulations équivalentes sont commercialisées au Portugal (Pursue) et aux Etats-Unis (Proclaim). La mise en œuvre de cette stratégie se heurte pour le moment au coût élevé du produit, que la société Syngenta commercialise en France à un montant de plus de 200 euros par palmier. Les perforations répétées qu’elle implique limitent par ailleurs sa durée dans le temps. Le Collectif est actuellement en train de présenter un projet à destination de la Communauté de communes de Fréjus (CAVEM – département du Var). Le but est de réduire de façon très significative la population de charançons en 3 ans, sur un territoire de 350 km2 comportant environ 7000 palmiers. La mise en application du plan d’action, de son suivi et des mesures d’accompagnement sur le territoire (public, privé et pépinières) est prévue pour le printemps 2016. Est aussi prévue préalablement une rencontre avec la direction de Syngenta pour négocier à la baisse le prix du produit, ainsi que l’installation de pièges (4/hectare). Plus d’infos : collectifpalmiers.eu/
 
Logo fousde palmiers* Fous de Palmiers (France) 
Techniques de lutte des propriétaires de palmiers
Etienne Trenteseaux (en qualité de vice-président), a fait part des outils de communication de l’Association Fous de Palmiers: page Facebook et site web (4000 inscrits), Lettre d'Information mensuelle et Revue (tirage de 700 exemplaires). Dans ses LI mensuelles et revues, à destination de ses seuls adhérents, FdP publie des articles concrets, toujours des résultats de retours de pratiques, y compris par des pouvoirs publics hors France. Par exemple : « Quels sont les moyens utilisés par des particuliers en France (résultats d'une enquête)», «Les nématodes, intérêt et limites», «L'endothérapie, méthode d'avenir?» (avec des méthodes et des produits comme l'Actara, le Confidor, le Vertimec Pro), «Les produits de traitement utilisés par les homologues espagnols de FdP, aussi membres de l'International Palm Society» (pour info l'Espagne est le 1er exportateur de palmiers en Europe), «Les coûts des traitements selon les méthodes, les produits et leurs origines», etc. En outre FdP a été en tête à critiquer sévèrement et officiellement la réglementation française en affirmant que, essentiellement coercitive, elle est inapplicable et donc inappliquée en l'état. Qu'on en juge par un aspect: «Toute personne morale ou privée doit, tant en curatif qu'en préventif, faire appel à une société agréée afin de lutter contre les ravageurs». Compte tenu du coût très élevé des interventions, la très grande majorité des communes, des collectivités et des particuliers ne fait rien, avec la propagation inexorable des ravageurs en conséquence. Cette critique ne veut pas dire que tout est à jeter. Ainsi les dispositions réglementaires concernant le curatif sont pertinentes. Quant aux trois stratégies obligatoires seulement en préventif, notre préférence va à celle N°2 qui consiste en un traitement alternatif nématodes et imidaclopride. La N° 3, par émamectine-benzoate, ne concerne de fait que les grands palmiers et ceux non acaules, et son prix est exorbitant à cause de la société qui s'est arrogée un monopole d'exploitation. Plus d’infos : www.fousdepalmiers.com/
 
Logo SNP* Sauvons Nos Palmiers (France) 
Veille documentaire et piégeage massif
Hervé Pietra préside cette Association qui a pour but, dans le cadre de son action de défense des espaces naturels, de mobiliser tous les acteurs concernés particuliers, entreprises d’espaces verts, institutions, en matière de lutte contre les ravageurs des palmiers, le charançon rouge et paysandisia archon. L’Association est plus particulièrement présente à cet effet sur le web, avec une veille documentaire tenue à jour en permanence unique en France et même en Europe. Elle mène à ce propos un lobbying pressant pour faire évoluer la réglementation française et reconsidérer en profondeur l'organisation de la lutte qui, à ce jour, a totalement échoué. Sauvons Nos Palmiers a milité pour l’obtention rapide d’une AMM d’une molécule pesticide à longue rémanence par injection à l’intérieur du stipe des palmiers. Outre un gain en termes d’efficacité, cette technique de lutte limite l’impact de ces substances sur l’environnement. En complément, Sauvons Nos Palmiers essaie aussi d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur les procédés de piégeage massif ou encore l’usage de produits répulsifs, des techniques simples et peu couteuses absentes de la panoplie actuelle. Hervé Pietra a réaffirmé lors de son intervention à Monaco son soutien à la technique dite de « Lutte intégrée » (Integrated Pest Management = IPM). Plus d’infos : www.sauvonsnospalmiers.fr/
 
2.3 FRANCE & PRINCIPAUTE DE MONACO (Services Espaces Verts)
 
Monaco Mc Clic drone* Monaco : Société Mc-clic
Lutte biologique (nématodes + champignons) & pulvérisation par drones
«Comme le Palais, le gouvernement de la Principauté a décidé de traiter par prévention tous les palmiers qui dépendent de lui. Au total, cela représente 158 canariensis, explique Georges Restellini, chef de la section des jardins à la Direction de l'aménagement urbain.» La Principauté vient de se doter à cet effet de drones qui pulvérisent un traitement à base de poudre de Beauveria bassiana, un champignon entomopathogène. L'appareil permet d'embarquer jusqu'à 1800 g de produit. À la clé, un gain de temps, puisqu'en moyenne dix palmiers groupés peuvent être traités en une heure. Mais aussi un gain de main-d'œuvre. Le drone peut par ailleurs intervenir dans des endroits qui ne sont pas accessibles avec des méthodes traditionnelles (échelle, camion, etc.). «Au bout de cinq ans avec ce traitement, on peut espérer que le champignon s'installe et qu'un équilibre naturel se crée.» Mais pour cela, il faudra sans doute aller plus loin que le Phœnix canariensis. «Nous avons aussi d'autres espèces qu'il faudra peut-être envisager de traiter. Dans le Var, après avoir éradiqué le canariensis, le charançon s'attaque aujourd'hui aux autres espèces de palmiers.» Plus d’infos : www.mc-clic.com/
 
Nice Dufy Promenade des Anglais* Nice : Services Espaces Verts
Lutte biologique (nématodes + expérimentation champignons)
Nous n’avons pas pu rencontrer (faute de temps) les Services de la Mairie de Nice, mais ils ont fait parvenir le communiqué suivant au Collectif Méditerranéen pour la Sauvegarde des Palmiers (CMSP): «La Ville de Nice a fait le choix du zéro pesticide depuis 2009. En l'état, les services de la Ville utilisent un produit de bio contrôle à base de nématodes entomopathogènes et participent à une expérimentation sur 30 Phoenix Canariensis du jardin Castel des 2 Rois ayant pour but de tester l’efficacité d’une stratégie mixte de traitements à base de nématodes et de 2 souches de champignons entomopathogènes. Ces essais visent également à tester de nouvelles méthodes d’application adaptées, notamment la technique de largage ciblé à l’aide d’un drone. Pour cette expérimentation, la Ville de Nice a signé une convention avec la société NPP (NATURAL PLANT PROTECT SAS) et la société VEGETECH.» L’infestation est toutefois en train d’exploser à Nice, dans les jardins privés et plusieurs attaques ont aussi été signalées au niveau de la Promenade des Anglais. La Ville de Nice vient par ailleurs d’organiser une importante manifestation consacrée à ce paysage emblématique (en collaboration avec les principaux musées), dans le cadre d’un projet d’inscription de la palmeraie azuréenne au titre du Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Plus d’infos : www.missionpromenade.fr/
 
En savoir plus sur la lutte biologique: EFSA Journal / 29 10 2015
Peer review of the pesticide risk assessment of the active substance Beauveria bassiana
1/ Souche 147 : www.efsa.europa.eu/
2/ Souche NPP111B005 : www.efsa.europa.eu/

 

REVUE DE PRESSE

 3. REVUE DE PRESSE / RIVISTA STAMPA
NOVEMBRE 26 / 2015 – DECEMBRE 1O / 2015
FRANCE, ITALIE ET PRINCIPAUTE DE MONACO
6 CONFERENCES DE MOBILISATION INTERNATIONALE POUR SAUVER LES PALMIERS
Une initiative transfrontalière des jardins botaniques et des associations locales  

FREJUS 26-11 / VENTIMIGLIA 28-11
NICE 29-11 / BORDIGHERA 01-12 & 10-12
 
MONACO 03-12
Conferences 2015 MONACO
 
NETWORKS / SUL WEB
Ventimiglia phoenix dactylifera infested 2013
Ventimiglia (Italy) : Phoenix dactylifera infested by red palm weevil 2013
Palma cade su auto a Ventimiglia : era infestata dal punteruolo rosso
 
* Lotta al punteruolo a Bordighera / 10 12 2015
Bordighera: Jean Christophe Pintaud, il ricordo di un grande ricercatore
* Bordighera: Progetto Phoenix / 09 12 2015
Bordighera: domani alla Biblioteca Civica il convegno “In memoria del botanico e biologo Jean Christophe Pintaud”
www.sanremonews.it
* Progetto Ventimiglia: le considerazioni dopo l'incontro sul punteruolo rosso  / 03 12 2015
“Alla luce di queste informazioni – commenta Mauro Minasi, Responsabile Ecologia E Paesaggio per Progetto Ventimiglia – possiamo solo augurarci che la nostra Amministrazione recepisca la necessità di intervenire al più presto, non seguendo il cattivo esempio di alcune città limitrofe.
*Da Israele a Bordighera per parlare di punteruolo rosso/ 02 12 2015
Interessantissima conferenza quella tenuta dalla professoressa Victoria Soroker, ieri pomeriggio, martedì 1° dicembre, presso la Biblioteca Civica Internazionale di Bordighera.
*Bordighera: il punteruolo in Biblioteca / 01 12 2015
La Biblioteca Civica ha ospitato la conferenza "Strategie di lotta al Punteruolo rosso in Israele e Nord Africa" tenuta da Victoria Soroker, con presenza di Michel Ferry e Susi Gomez (INRA – Spagna).
* Le sort des palmiers de Port-Fréjus en discussion / 01 12 2015
Une réunion a rassemblé élus et spécialistes qui, une nouvelle fois, tirent la sonnette d’alarme.
* COP 21, quelles ressources pour l'événement ? / 30 11 2015
Week-end de mobilisation autour du réchauffement climatique organisé par le TNN et l'Hôtel Negresco dans le cadre du festival « Réveillons-nous ! » : conférence sur la dégradation des patrimoines palmiers et oliviers par Michel Ferry (INRA)
* Ventimiglia, replica sull’incontro per la salvaguardia delle palme / 30 11 2015
Ventimiglia. Silvia Alborno del Collettivo Mediterraneo scrive: "Ringrazio per la recensione sulla conferenza che ha avuto luogo sabato 28 novembre nella Sala Consiliare della città, tuttavia…"
*Ventimiglia: 'Strage delle palme', incontro pubblico promosso dal 'collettivo mediterraneo' / 28 11 2015
Polemica di Silvia Alborno, moderatrice dell'incontro, per aver seguito un altro metodo rispetto a quello proposto e finanziato con fondi europei. Il rimprovero maggiore riguarda il Parco Winter, con un centinaio di palme abbattute e una evidente situazione di abbandono.
*Ventimiglia. “Fermiamo la strage delle palme!” / 28 11 2015
Questo il titolo dell’incontro pubblico di informazione e mobilitazione organizzato nella sala consigliare del Comune dal collettivo mediterraneo insieme all’Amministrazione. A presentare al pubblico il metodo proposto, è stata poi Susi Gomez.
* Festival Reveillons-nous ! Le théâtre se mobilise / 26 11 2015
Dimanche 29 nov, journée scientifique à l’Hôtel Negresco: conférence Michel Ferry INRA [Changement climatique et dégradation des patrimoines palmiers et oliviers : des causes économiques communes]
* Ambiente, fermiamo la strage delle palme! / 25 11 2105
Incontro di mobilitazione a Ventimiglia per salvare le palme monumentali dal collettivo mediterraneo.
* Strage delle palme per punteruolo rosso / 24 11 2015
L’amministrazione patrocina un incontro pubblico a Ventimiglia dal collettivo mediterraneo.
* Fermiamo la strage delle palme ! / 24 11 2015
Incontro pubblico di mobilitazione a Ventimiglia dal collettivo mediterraneo.
*Bordighera: Tre petizioni dal collettivo Mediterraneo per la salvaguardia delle palme / 01 11 2015
Sono tre le petizioni sorelle lanciate dal collettivo Mediterraneo per la salvaguardia delle palme. In Francia, Italia e Spagna. Il punteruolo non ha confini…
* La palmeraie de Bordighera, Italie, en danger / 31 10 2015. 
Revue Le Sauvage (France) : pétition destinée au Ministère de l’Agriculture italien.
*Bordighera: il collettivo per la salvaguardia delle palme lancia un appello al ministro / 29 10 2015
Il collettivo in una petizione lanciata in questi giorni, proponendo il metodo di ‘iniezione’, una soluzione ritenuta efficace, a basso costo, già applicata e utilizzata in Francia dall’anno scorso.
*Défense de la palmeraie de Bordighera / 29 10 2015
L’association "sauvons nos palmiers" apporte son soutien résolu pour la défense de la palmeraie de Bordighera et apelle à signer la pétition destinée au ministre de l’Agriculture italien.
*Appel à soutien pour sauver la palmeraie de Bordighera / 29 10 2015
Le réseau oasien (Maghreb & Sahel) RADDO relaye une information importante concernant la palmeraie italienne de Bordighera, patrimoine unique en méditerranée. Touchée de plein fouet par le charançon rouge, elle demande un soutien de la part des pouvoirs publics italiens. Cet appel restant sans réponse, une pétition est proposée pour recueillir un maximum de voix.
* EFSA Journal / 29 10 2015
Peer review of the pesticide risk assessment of the active substance Beauveria bassiana.
1/ Souche 147 www.efsa.europa.eu/
2/ Souche NPP111B005 www.efsa.europa.eu/
*Société Palmophile Francophone / 28 10 2015
Al Ministro delle Politiche Agricole Alimentari e Forestali, Dott. Maurizio Martina. Per favore, firmate la petizione / Nous vous invitons à signer cette pétition svp.
*Punteruolo rosso, è ancora allarme per le palme liguri / 23 10 2015
A Ventimiglia, è previsto l’incontro-mobilitazione dal titolo ancora provvisorio “Salviamo le palme” nel quale, fra i vari contributi, è previsto «venga illustrata per conto dell’INRA, Institut national de la recherche agronomique, l’endoterapia, sistema di eradicazione del punteruolo rosso».
*Bordighera : la tradizione ebrea delle palme / 7 10 2105
Robert Castellana e Silvia Alborno hanno chiuso l'incontro invitando i partecipanti alla conferenza del Collettivo Mediterraneo di Salvaguardia delle Palme a Nizza (all’Hotel Negresco, il 29 novembre) in presenza di uno dei principali esperti della lotta contro il punteruolo rosso, Michel Ferry (Stazione Phoenix dell’INRA del palmeto spagnolo di Elche).
*Toulon: journées du patrimoine / 07 10 2015
Compte-rendu de la visite de la communauté juive à Bordighera et de la Table-ronde animée par Fous de Palmiers sur la lutte contre les ravageurs des palmiers à Toulon. Robert Castellana est intervenu sur les menaces pour la palmeraie historique, au nom de la coordinatrice du Collectif Italien, Silvia Alborno.
* Transfert de Rhynchophorus ferrugineus vers la palmeraie de Bordighera (Italie) / 7 10 2105
La stratégie de lutte contre le ravageur des palmiers mise en œuvre dans le jardin Expérimental Phoenix de Bordighera (Fous de Palmiers Juin 2015 N°83)

 

WEB SURWEY

4. BIBLIOGRAPHIE 2015 EN LIGNE
 
Une étude menée en 2006 recensait quelques 2465 références bibliographiques relatives au palmier-dattier, publiées pour l'essentiel depuis 1980. On compte actuellement une centaine de publications annuelles sur ce seul sujet. Nous offrons, dans les diverses rubriques de ce site, un accès organisé par thèmes aux publications portant sur le genre Phoenix et accessibles gratuitement sur le web. La rubrique WEBSURWEY recense par ailleurs l'ensemble des publications de l'année en cours. Elle est tenue à jour depuis 2012. Une bibliographie relative aux ravageurs des palmiers (rubrique MENACES) est elle aussi disponible (depuis 1995) sur notre site.
 
Web surwey : www.listephoenix.com
 

 
 

 

 

Print Friendly
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.