LISTE PHOENIX SEPTEMBRE 2010

Logo PhoenixLa news-letter mensuelle qui rend compte du projet Phoenix entre dans sa quatrième année. Au sommaire de ce numéro, vous trouverez les nouvelles des campagnes menées au cours de l'été en Italie, ainsi qu'une brève présentation de la mission conduite en Inde par nos collègues du centre de bio-archéologie de l'Université de Montpellier.

BORDIGHERA

COLLABORATION AVEC LA VILLA GARNIER
 
Villa Garnier (8)La Villa Garnier a été construite par le célèbre architecte de l'Opéra de Paris, lorsqu'il s'installa à Bordighera afin de faire profiter son fils tuberculeux du climat salutaire de la Riviera. Centre d'intérêt touristique de premier plan, elle occupe par ailleurs une surface importante de la palmeraie médiévale. Les contacts noués avec cette vénérable institution viennent de se concrétiser avec trois initiatives, en collaboration avec le jardinier de la villa, Maurizio Lega, le Centropalme de Sanremo, et les dépositaires de la tradition locale des palmes.
1. Mise en culture de palmes à destination du Vatican. Les jardins de la Villa abritent une quinzaine de Phoenix Canariensis, mis en culture il y a environ une vingtaine d'années et abandonnés par la suite, comme dans l'ensemble de la palmeraie historique. Ces palmiers "ensauvagés" ont survécu et se sont bien développés sur l'ensemble du site de la palmeraie (on en dénombre plus d'une centaine). Nous avons proposé à la Villa Garnier de mettre en culture ses arbres, afin de produire les palmes blanches qui sont employées pour la réalisation des palmes tressées envoyées chaque année au Vatican. Il s'agit d'une tradition médiévale, relancée il y a quelques années par le Centropalme de Sanremo. La palme que porte le Pape lors de l'ouverture des fêtes de la Pâques sera donc désormais, à nouveau, une palme cultivée à Bordighera selon la technique tradtionnelle de la ligature.
2. Echantillonnage des palmiers du jardin historique de la Villa. On a par ailleurs procédé, au cours de l'été, à l'échantillonnage des palmiers-dattiers présents dans le jardin de la Villa. Environ 80 spécimens de Phoenix dactylifera ont été recensés et numérotés. ils vont par la suite être décrits et suivis, et peut-être, dans un avenir plus lointain, génotypés.
3. Introduction de nouveaux palmiers dans le jardin Garnier. Sept espèces de palmiers sont présents pour le moment dans le jardin de la Villa, qui en comptait une trentaine au siècle dernier. Une collaboration est à l'étude, visant à réintroduire ces arbres d'ici quelques années.
 
JARDIN EXPERIMENTAL: FIN DES TRAVAUX D'AMMENAGEMENT
 
Echantillonage Jardin NattaLes travaux d'amménagement du jardin expérimental de la palmeraie de Bordighera ont pris fin au début de l'été. Il reste encore à procéder à des travaux de restauration (la rénovation des ombrières et des murs de terrasse) et de nettoyage (taille des arbres morts et traitement des déchets). L'irrigation automatique a été mise en service de la mi-juin au début octobre, au rythme d'un arrosage par quinzaine. L’opération de régénérescence des palmiers s’est par ailleurs accompagnée d’un apport régulier d’engrais, de compost produit in-situ ainsi que de déchets de taille. Il s'agit aussi de réduire les frais de gestion d'un site désormais non-exploité, en ralentissant la croissance des mauvaises herbes par paillage.
Plusieurs types de paillis sont actuellement expérimentés:
* la couverture classique utilisée en espaces verts, les écorces de pin,
* un paillage de type forestier à base de feuilles de chêne liège, une ressource locale,
* un autre paillage de type forestier, composé de déchets de palmes (feuilles, rachis et troncs décomposés),
* une terrasse a été recouverte de déchets de feuilles de palmiers finement broyés, à l’aide d’un broyeur de jardin,
* un dernier type de paillage est constitué des déchets provenant de la taille des nombreux plants de lierre qui poussent sur le site et menacent la survie des arbres, qu’ils sont capables d’étouffer.
A la fin du mois d'août, on a pu observer une fructification exceptionnelle, par son ampleur et son abondance, alors que l'été dernier les arbres étaient quasiment stériles. Ces premiers résultats sont encourageants. La prochaine étape sera, l'an prochain, de voir si les arbres ont répondu aussi bien au niveau de la production de palmes et si ces palmes persistent. Jusqu'à présent, elles sèchaient très rapidement après leur émission et tombaient de l'arbre au premier coup de vent.

 

SANREMO

MODELISATION DU PALMIER DATTIER (MOCAF) JUIN
 
MOCAF Mohamed Benslah (Tunisie)Coordonné par le CIRAD (Montpellier – France), le projet euro-méditerranéen de modélisation du palmier-dattier associe trois équipes, italienne, tunisienne et marocaine.  Après une première année d'exploration, le protocole de modélisation a été mis au point à Montpellier, dans les locaux du Cirad, lors de la réunion qui s'est tenue en mai. Il a été ensuite validé sur le terrain, à l'occasion de la mission Mocaf du mois de juin en Tunisie, organisée par le laboratoire d'Aridoculture et Cultures Oasiennes de l'Institut des Régions Arides (IRA). Sous la direction de Ali Ferchichi, le Laboratoire d'Aridoculture et Cultures Oasiennes s'attache plus particulièrement à la conservation et à la valorisation des ressources phytogénétiques domestiques, à l'amélioration de la conduite des cultures en zones arides, à la valorisation des eaux géothermiques et non conventionnelles en agriculture, ainsi qu'à la maîtrise des problèmes phytosanitaires dans l’écosystème oasien et la géo-serriculture.
Un compte-rendu intermédiaire des réalisations en cours a aussi été rédigé à cette occasion par le coordonateur du projet, René Lecoustre (Cirad). En voici un court extrait :
1. Modélisation de l’architecture aérienne du palmier dattier. Les efforts ont porté essentiellement sur l’amélioration du logiciel Palm Plugin et de son tableau de saisie. La version mise à jour a été testée par Hervé Rey et Jean-François Barczi.
2. Modélisation de l’architecture aérienne des inflorescences. Des propositions seront faites d’ici la fin 2010 pour intégrer la floraison et l’architecture des inflorescences dans les saisies et les simulations.
3. Modélisation des systèmes racinaires. La bibliographie est en cours d’achèvement et sera disponible pour les membres du réseau par FTP.
4. Visualisation et paysages. La visualisation actuelle des palmiers est réalisée grâce au “Glance” interne à Palm Plugin. Il faudrait intégrer dès que possible l’écriture possible des en-têtes de fichier qui les rendraient compatibles avec la chaîne commerciale “Orchestra” de la société Bionatics. La possibilité d’intégrer des sorties en fichiers au standard OPF pour une visualisation sous Xplo et Siméo est à envisager avec Sébastien Griffon, en liaison avec J.-F. Barczi et S. Griffon (Xplo) et F. de Coligny (Siméo).
 
MODELISATION DU PALMIER DATTIER (MOCAF) SEPTEMBRE
 
Morphométrie 3D-2Un nouvel atelier Mocaf s'est tenu à Sanremo, en septembre, toujours sous la supervisation de René Lecoustre (Cirad), coordonateur du projet, à l'invitation de l'équipe italienne du projet euro-méditerranéen de modélisation du palmier-dattier MOCAF. En voici le compte-rendu :
1. Validation du protocole. Le protocole de modélisation mis au point en 2009-2010 a permis, avec quelques ultimes modifications, de procéder à l'acquisition des données relatives à deux morphotypes locaux, les palmes dites juives et romaines. Il s'agit de palmiers destinés à la production traditionnelle de feuilles destinées à des usages rituels (fêtes chrétienne de Paques et juive des Cabanes). Le choix de ces morphotypes a été privilégié du fait qu'il ne concerne que la partie descriptive relative au stipe et au feuillage de Phoenix dactylifera.
2. Vers un nouveau standard de description du palmier-dattier. Nous avions déjà procédé à ce genre de mesures à partir du standard défini par l'IPGRI. Le protocole de modélisation apporte un réel progrès par rapport à ce type de standards empiriques. Il est plus simple à renseigner (suite à l'élimination des données redondantes) et il permet de plus une visualisation du specimen, donc une réelle restitution. Il s'inscrit par ailleurs dans un souci de sauvegarde d'un savoir-faire paysan.
3. Développement de nouvelles recherches. Le prochain enjeu du projet Mocaf concernera la modélisation du développement des infructescences, le fruit étant au centre des préoccupations des cultivateurs dans les principales zones de phéniculture. Il s'agira d'une opération beaucoup plus délicate, du fait de la complexité que présente l'architecture des inflorescences chez Phoenix Dactylifera. Deux sujets de Master sont prévus à ce sujet l'année prochaine, un de 4 mois sur l'architecture des inflorescences et un de 6 mois sur l'architecture végétative. Une étude biomécanique des rachis de dattier est par ailleurs en projet, ainsi qu'une étude exploratoire relative à la modélisation des système racinaires.
4. Réunion de restitution 2010. Après Marrakech 2009, c'est l'équipe italienne qui accueillera cette année les participants au projet Mocaf. La réunion de restitution sera intégrée au colloque du Dies Palmarum, qui se tiendra à Sanremo (Italie), les 18, 19 et 20 novembre. Sont prévues les communications du Cirad (France), du Maroc, de la Tunisie et de l'Italie.

 

INDIA

MISSION D'INVESTIGATION DU CENTRE DE BIO-ARCHEOLOGIE
 
Phoenix Sylvestris Inde montabuLe Centre de Bio-Archéologie et d'Ecologie (UMR 5059) est hébergé par l'Université de Montpellier. L'équipe Ressources biologiques, Sociétés, Biodiversité est dirigée par Jean Frédérique TERRAL. Elle s’intéresse aux changements paléoenvironnementaux et à l’évolution des végétaux, ainsi qu’à leur exploitation et leurs usages (combustibles, artisanat, funéraire) en interrelation avec l’histoire des sociétés, de la Préhistoire à nos jours. Les problématiques, fondées sur des approches archéobotaniques et morphométriques, traitent de la dynamique des éco- et agrosystèmes passés, des pratiques agraires, de la domestication, de la diversité des plantes cultivées et de leurs ancêtres sauvages, de la diversification variétale et de l’usage des végétaux dans l’alimentation des sociétés. Les palmiers occupent une part importante dans ces recherches, du fait de la présence de graines de palmiers dans de nombreux sites archéologiques.
Muriel Gros-Balthazar, Sarah Ivorra et Claire Newton se sont rendues cet été dans le Nord Ouest de l'Inde. Voici un bref compte-rendu de cette mission que nous fait parvenir Muriel: "Au Gujarat, dans la région du Kuchch, nous avons échantillonné /P. dactylifera/ puis dans la péninsule du Kathiawar, /P. dactylifera/ et /P. sylvestris/. Ces régions sont les seules où on peut trouver des cultures traditionnelles indiennes. Ailleurs en Inde, les variétés sont introduites du Golfe. Ce qui est extrèmement intéressant c'est que les populations ne pratiquent pas le clonage par conséquent, il n'y a pas de variété mais que des plants issus de graines. D'autre part, à cause de la mousson, les dattes doivent être récoltées tôt (juin) ce qui fait qu'elles n'arrivent pas à maturité. Les gens là bas sont habitués à manger des dattes que nous considérerions comme pas mûres. Nous sommes ensuite allées au Rajasthan, dans les Aravalli, pour échantillonner /P. sylvestris/. Nous avons trouvé dans cette chaîne de montagne des populations superbes de /P. sylvestris/." Au total : 118 individus ont été échantillonnés lors de cette campagne (collecte de feuilles pour genotypage et de graines pour étude morpométrique).
La photographie d'une petite palmeraie de Phoenix sylvestris ci-jointe a été prise au Rajasthan, dans le massif du Mont Abu (1100m). Les palmiers y sont exploités pour la sève de manière visible : nombreux sont les individus qui portent de larges cicatrices le long du stipe. Muriel Gros-Balthazar présentera un compte-rendu détaillé de cette mission lors du colloque du Dies Palmarum à Sanremo, à la fin novembre 2010.

 

TRAININGS

FORMATION : ELAGAGE ET GESTION DES PALMIERS
 
potatura biciclettaUn stage de formation aux techniques d'élagage est organisé dans le cadre de l'Accademia delle palme, les 15,16 et 17 novembre 2010 à Sanremo (Italie).
Cette formation est destinée aux professionnels des espaces verts qui souhaitent perfectionner leurs connaissances en matière de gestion des palmiers. Les cours théoriques portent sur la botanique, la biologie, la physiologie et l'écologie des palmiers. La partie pratique consiste dans une initiation à la technique d'ascension des palmiers à l'aide de la "bicyclette". Cette technique présente un double avantage, le respect des arbres (elle ne laisse pas de traces sur le stipe) et la sécurité de l'opérateur (le risque de chute est nul).
PROGRAMME DU STAGE
I° partie (16 heures): notions de botanique, de biologie, de physiologie et d'écologie des palmiers.
II° partie (8 heures): technique d'ascension à l'aide de la bicyclette, techniques d'élagage, sécurité au travail.
PUBLIC CONCERNE : étudiants – opérateurs et techniciens des Espaces Verts – pépiniéristes
MODALITES
Durée: 3 jours / Montant du stage: 300,00 Euros
Les repas sont proposés au tarif négocié de 15,00 euros. L'inscription au cours donne accès au Congrès International du Dies Palmarum, qui se déroulera à San Remo les jours suivants, 18, 19 et 20 novembre 2010.
INSCRIPTION
Scuola Agraria del Parco di Monza. segreteriaprof.@monzaflora.it
Centro Studi e Ricerche per le Palme – Sanremo: tel/fax 0184 541623. giardinisanremo@live.it
 
FORMATION : ARTISANAT DE LA PALME TRESSEE
 
Logo accademia palmeUne exposition et un atelier relatifs à l'artisanat méditerranéen du palmier sont organisés entre les 15 et 17 novembre 2010 à Sanremo (Italie), dans le cadre de l'Accademia delle Palme. L'atelier est ouvert à tous ceux qui veulent découvrir et approfondir les techniques de tressage à base de feuilles de palmier, et plus particulièrement la préparation des rameaux destinés aux fêtes catholique de Pâques et juive de Soukkhot. Les intervenants-artisans de San Remo et de Bordighera enseigneront à cette occasion les techniques traditionnelles locales. Ils présenteront notamment les secrets de confection des palmes tressées que les villes de San Remo et Bordighera envoient chaque année au Vatican, à l'occasion du dimanche des rameaux. Il s'agit d'une tradition commune à de nombreux pays méditerranéens (Espagne, Grèce, France, Italie, Egypte, Maroc, Israel, etc.), dont la région de Sanremo est l'un des principaux sièges historiques.
PROGRAMME DU STAGE
Conférences: les traditions méditerranéennes de la palme tressée (histoire, culture, religion et mythes); la palmeraie historique de Bordighera.
Travaux pratiques: apprentissage des techniques de tressage.
La formation s'accompagnera d'une visite commentée de l'exposition consacrée à l'artisanat de la palme tressée présentée à l'occasion de la Biennale du Dies Palmarum.
MODALITES
Durée: 2 jours. Horaires: 8,00 -13,00 et 14,00 -17,00
Lieu: PALAFIORI di SANREMO, Corso Cavallotti.
Inscription: 50,00 Euros (repas du midi 15,00 Euros).
MAX participants : 30
INSCRIPTION
Scuola Agraria del Parco di Monza. segreteriaprof.@monzaflora.it
Centro Studi e Ricerche per le Palme – Sanremo: tel/fax 0184 541623. giardinisanremo@live.it

 
 

La liste phœnix rend compte de l'état d'avancement du Projet Phœnix, relatif à l'agro-bio-diversité des palmiers. Elle est adressée chaque mois, depuis septembre 2007, à une centaine de chercheurs. Elle est ouverte à vos contributions relatives à l'actualité de vos recherches. Coordonateur: Robert Castellana. Contact: passions.vegetales@laposte.net

 

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans news letter. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.